ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Les 5 pour Tou-te-s ! Tou-te-s pour les 5 de Roanne et leur relaxe !

Publié le 31 octobre 2013

De nombreux militants - et particulièrement de la CGT - sont frappés par les poursuites judiciaires les assimilant à des délinquants. Parce qu’ils sont engagés dans l’action syndicale, pour le progrès social au bénéfice de tous, ils se retrouvent devant les tribunaux. Cela relève bien de la « criminalisation syndicale ».

Les « 5 de Roanne » sont de ceux là.

Condamnés à une amende puis dispensés de peine en appel, ils ont été malgré cela sommés de subir un prélèvement ADN – oui de ceux que l’on met dans un fichier pour faciliter la recherche de criminels - et ils ont refusé….Alors la police s’est présentée à 6 heures du matin à leur domicile …mais c’est incroyable !!!

On ne va pas nous dire que c’est en raison de quelques tags sur un muret au moment du conflit des retraites (tags aussitôt effacés par les services municipaux) que toute cette répression policière est mise en œuvre à l’encontre des 5 de Roanne, avec poursuite du parquet sans plainte, appel du parquet pour condamnation insuffisante, demande de prélèvement d’ADN, arrestation à domicile suite aux refus de prélèvement, puis garde à vue pour … remise de la convocation au tribunal !!!

Non, on vise en fait tout spécialement ceux qui luttent, ceux qui refusent de subir la régression sociale, de se plier aux lois de leur système … on veut faire des exemples, essayer de s’opposer aux mobilisations.

Et les voilà donc de nouveau convoqués devant le tribunal le 5 novembre pour être jugés suite à ce refus : ils encourent une peine de 1 an de prison et de 15.000 euros d’amendes.

Cela suffit ! Militer n’est pas un délit. Les militants ne sont pas des délinquants. Il faut que cesse la criminalisation de l’action syndicale. Aux côtés des « 5 de Roanne », pour qu’ils soient relaxés de toute accusation, pour les libertés syndicales, la CGT appelle à un rassemblement national à Roanne le 5 novembre prochain, jour où les 5 comparaîtront pour refus de prélèvement d’ADN.