ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire : polémique de la Direction sur Mandela

Publié le 14 février 2014

A l’ Ecole Nationale d’Aministration Pénitentiaire (ENAP), la direction n’y va pas par quatre chemins. Elle s’autoproclame, dans les faits, historienne de l’Afrique du Sud ! En effet, sur la question du choix des noms des deux nouvelles promotions des Directeurs Pénitentiaires d’Insertion et de Probation N° 6 et celle des Conseillers Pénitentiaires d’Insertion et de Probation N° 18, la direction s’oppose à ce qu’une d’elles se nomme Nelson Mandela ! Comme le signalent dans un communiqué commun la CGT Pénitentiaire, celle des Services Judiciaires, et la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’argumentaire est assez démonstratif d’une administration vieillotte pour le moins…La direction de l’ENAP reconnait que Nelson Mandela "était très certainement une personnalité exceptionnelle aux qualités rares" "mais", "le recul historique permettra de mieux évaluer son action"…. Et encore parlant des commissions de conciliations dirigées par Desmond Tutu, sur l’initiative de Mandela, la direction de l’ENAP ajoute : "Toutes les commissions Vérité et Réconciliation…sont la résultante de conflits politiques et/ou coloniaux. C’est assez loin de nos réalités pénitentiaires". La même direction de cette même école, continue sur un autre registre : "Ce pays d’Afrique du Sud détient de tristes et incomparables records mondiaux de criminalité. Sur ce plan c’est l’anti modèle". Quel lien entre l’Afrique du Sud, la promotion Mandela et l’anti-modèle sud-africain en matière de criminalité ? Quel rapport ? Peut-être que la direction de cette école, via ses élucubrations subjectives, considère-t-elle l’action de Mandela contre l’Apartheid, son quart de siècle de détention politique, son activité pour les Libertés de l’Homme et ses Droits et la Paix comme une activité criminelle ? La direction de l’ENAP ferait bien, elle, de ne pas se comporter comme un anti-modèle pour les futurs fonctionnaires qu’elle forme. Déjà nous rappelons que le baptême est un rite ou un sacrément pour les chrétiens. Les promotions peuvent être nommées, tout simplement. L’UGFF-CGT soutient les personnels, les élèves stagiaires qui luttent pour que leur promotion se nomme Mandela. L’UGFF-CGT se laisse le droit d’informer le Ministère de la Fonction Publique des dérives constatées à l’ENAP ! Elle veillera aussi à ce qu’aucun personnel stagiaire ou titulaire ne soit pénalisé pour avoir dénoncé les agissements de la direction. Enfin l’UGFF-CGT propose aussi comme autre nom de promotion, en plus de Nelson Mandela et puisqu’il en faut plusieurs : Dulcie September, Rosa Parks, ou Angela Davis ; Egalité Femme-Homme oblige !