ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Pas de revalorisation des pensions au 1er avril.

Les retraités vont donner de la voix dans l’unité

Publié le 1er avril 2014

Les unions confédérales de retraités sont très remontées contre le gouvernement. Et même si à la veille de leur conférence de presse de ce 1er avril celui-ci a changé, toutes les raisons de leur mécontentement demeurent. Avec une inconnue de taille : y aura-t-il un secrétaire d’Etat pour s’occuper de ce quart de la population française que sont les retraités ? La question mérite d’être posée car ce remaniement intervient alors que devait être présentée mercredi le projet de loi sur le vieillissement. Un texte très largement plébiscité dans sa démarche par le Conseil économique, social et environnemental la semaine dernière, mais critiqué tout aussi largement quant à la faiblesse des moyens alloués pour préparer notre pays au vieillissement de la population.

"Qu’on ne vienne pas nous dire que nous sommes des privilégiés" assurent les responsables syndicaux réunis au siège de FO ce 1er avril. Ils dénoncent toutes les mesures qui amputent leur pouvoir d’achat, notamment la fiscalisation des majorations de pensions accordées aux retraités qui ont élevé trois enfants qui devrait leur coûter 1,2 milliard d’euros.

De même, ils déplorent la Contribution additionnelle de solidarité (CASA) de 0.3% acquittée par les retraités imposables et qui leur a déjà coûté quelques 640 millions d’euros prétendument destinés à financer la perte d’autonomie. A ce sujet d’ailleurs, François Thierry Cherrier, le secrétaire général de l’UCR-CGT a prévenu contre toute tentative de reporter aux calendes grecques le vote de la loi sur le vieillissement et la perte d’autonomie pour lequel les retraités paient déjà depuis deux ans : "nous n’accepterons pas de hold-up sur ces 640 millions d’euros". Voir l’interview de François Thiery-Cherrier lors de la conférence de presse des quatre organisations de retraités : http://www.cgt.fr/Les-retraites-vont-donner-de-la.html