ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Gel du point d’indice jusqu’en 2017

Stop à cette politique d’austérité !

Publié le 12 mai 2014

TOUTES ET TOUS EN GRÉVE JEUDI 15 MAI 2014 Manifestation de Denfert-Rochereau à Invalides à 14 heures

La politique d’austérité se traduit principalement par la mise en œuvre du pacte de responsabilité. Celui-ci prévoit de réaliser 50 milliards d’euros d’économie, dont 11 milliards pour les collectivités territoriales ! Et le gouvernement voudrait encore une fois pénaliser les fonctionnaires.

Les Raisons de la Colère sont nombreuses :

Les salaires et notre pouvoir d’achat.

La situation imposée aux agents de toutes les fonctions publiques est catastrophique et sans précédent. Le gel de la valeur du point d’indice depuis 2010 sous Sarkozy se poursuit aujourd’hui avec Hollande. Conséquence : La perte de pouvoir d’achat est vertigineuse.

Les qualifications ne sont plus reconnues. Les déroulements de carrière sont étriqués et misérables.

Les collègues dans l’embarras financier sont de plus en plus nombreux. Et Manuel Valls qui vient d’annoncer à nouveau le gel de la valeur du point d’indice jusqu’en 2017 met les fonctionnaires en colère. Non, nous ne sommes pas des privilégiés.

L’emploi, les restructurations et la précarité dans nos services.

Avec la restructuration de nombreux services, l’embauche de personnels en contrat précaire sur des postes pérennes aucune réponse n’est apportée bien au contraire. Des coupes dans les dotations financières massives conduisent à un nombre croissant de plans de réduction de personnels. La précarité est toujours à l’ordre du jour.

Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs n’ont de cesse de démolir point par point tous les acquis sociaux et le système de protection mis en place dès 1945 avec le Conseil National de la Résistance.

Les amputations budgétaires massives sont mises en avant : 19 milliards pour l’Etat, 10 milliards pour la protection sociale, 10 milliards pour le versant de la territoriale.

Ces coupes supplémentaires ne pourront avoir que des conséquences dramatiques sur le service public et ses agents et, bien entendu, la population. D’ores et déjà, des annonces commencent à tomber.

Dans un contexte d’austérité décuplée, le dégel de la valeur du point d’indice pour 2014 voire même 2015 n’est absolument pas à l’ordre du jour.

Enfin, pour enfoncer encore plus le clou de l’austérité dans les poches des fonctionnaires, le premier ministre Manuel Valls annonce la suppression de la moitié des régions à l’horizon 2017 et la suppression des conseils départementaux. Sous l’alibi fallacieux de supposé « Millefeuilles administratif ». Il s’agit bien là de la Casse en règle de l’organisation démocratique de la République dont il est question.

Cette politique libérale renforcée ne peut bénéficier qu’aux patrons. D’ailleurs, le patronat est content, les financiers enchantés... mais les travailleurs sont dégoûtés et les fonctionnaires sont en colère.

Et pourtant, les alternatives existent. Pour cela, il faut notamment s’en prendre aux profits colossaux des grands groupes, aux dividendes vertigineux versés aux plus riches, remettre en cause les plus de 200 milliards d’aides diverses versées aux grandes entreprises qui sont la vraie cause des déficits publics et dont l’utilité est nulle...

Redonner du pouvoir d’achat aux salariés par l’augmentation de leur salaire c’est bien se donner les moyens d’une véritable relance équilibrée et pérenne.

Développer les missions de services publics et renforcer les services publics c’est plus d’équité de progrès social et de développement humain durable.

L’heure est à l’action

Dans le cadre de la journée unitaire du 15 mai, la CGT appelle tous les agents des Services Publics Parisiens à se mettre en grève et à participer massivement à la manifestation.

Pour :
- L’augmentation immédiate de la valeur du point.
- La fin des suppressions d’emplois et des créations partout où c’est nécessaire.
- La reconnaissance des qualifications et l’amélioration des déroulements de carrières.
- Des mesures fortes contre la précarité.
- Des moyens pour les services publics et leurs missions.