ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Face aux injonctions du Medef...

La CGT en phase avec les salariés

Publié le 8 juillet 2014

À cinq jours de la conférence sociale, la décision de Manuel Valls de donner satisfaction à plusieurs demandes du patronat, en particulier sur la pénibilité a soulevé la colère des organisations syndicales qui ont dénoncé un coup porté au dialogue social. La CGT considère que les déclarations faites par le Premier ministre, sont "une véritable provocation pour le monde du travail, en remettant en cause les maigres avancées obtenues pour les salariés ces derniers mois et ayant fait l’objet de négociation collective."

C’est aussi un très mauvais signal qu’hélas le chef de l’État n’a pas cru bon de démentir lorsque le secrétaire général de la CGT s’est adressé à lui par courrier afin qu’il "clarifie sa position et le sens des débats qu’il entend mener lors de la conférence sociale". La réponse de François Hollande n’est pas de nature à nous rassurer sur le sens des réformes qu’il entend promouvoir ni sur sa conception du dialogue social.

De fait, alors que la CGT a travaillé en amont de cette conférence sociale dans des réunions avec les ministres et qu’elle a formulé quelque 94 propositions qu’elle souhaite débattre. La réponse de l’Élysée interroge sur la participation à la conférence sociale. La CGT a décidé de ne pas participer à la seconde journée de la Conférence sociale 2014. A l’occasion de la rencontre avec le Chef de l’Etat, Thierry Lepaon a réaffirmé, notamment, l’opposition de la CGT au Pacte de responsabilité "qui va avoir un effet récessif sur notre économie" et il a réclamé "un changement de cap en matière économique et sociale". Il a aussi dénoncé les faux semblants du dialogue social et notamment le fait qu’avant même l’ouverture de la conférence sociale, le gouvernement répond à deux vieilles revendications patronales. Dès lors la CGT a décidé ce matin, qu’elle ne participerait pas aux séances de travail prévues pour la seconde journée.

Qu’on ne se méprenne pas. Il ne s’agit pas là d’une sorte de posture, ni le signe d’une politique de la chaise vide. La CGT rejette cette manière qu’a l’exécutif "de cantonner le syndicalisme tout entier dans un rôle de figuration, particulièrement méprisant pour l’exercice de la démocratie sociale. Le gouvernement ne peut pas décider du calendrier, du contenu et des objectifs des thématiques à débattre entre partenaires sociaux et demander aux organisations syndicales d’en assurer la mise en œuvre par une négociation sous contrainte du patronat".

La CGT veut être là où c’est utile pour faire avancer les revendications. Comme l’a souligné Thierry Lepaon dans une conférence de presse le 4 juillet, "notre état d’esprit dans la période est d’être une organisation syndicale qui soit utile aux salariés, qui leur permette de s’engager et de se mobiliser pour gagner des avancées sociales, des droits concrets pour leur vie de tous les jours. Les salariés nous demandent d’être plus présents dans leur proximité de travail, plus accessibles."

Documents joints