ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Contrat unique... au moins-disant social

Publié le 27 octobre 2014

Il ne sera pas dit que notre Premier ministre n’aura pas fait feu de tout bois contre les inégalités. Après avoir raboté les allocs des « riches », c’est à dire les foyers de cadres et salariés qualifiés, sans donner aux plus pauvres cependant, le voilà qui se dit maintenant tenté d’« agir  » sur les « inégalités importantes » entre les salariés « très protégés » en CDI et les salariés précaires en CDD et en intérim.

Voilà une belle manière de prouver enfin à Pierre Gattaz que depuis les universités d’été du Medef, depuis son discours à la City de Londres, il aime toujours autant l’entreprise.

« Le fonctionnement du marché du travail n’est pas satisfaisant, car il ne crée pas assez d’emplois, il génère des inégalités importantes entre, d’une part, des salariés très protégés en CDI et, d’autre part, des salariés très précaires en CDD et en intérim. C’est là-dessus qu’il faut agir », déclare le Premier ministre à l’Observateur.

Et Manuel Valls de noter que si « les partenaires sociaux n’ont pas souhaité s’engager sur le contrat unique », cela ne veut « pas dire que ce n’est pas intéressant », ajoute-t-il toutefois. Ouh là... ça sent les forceps... le coup fourré.

Voilà que Manuel Valls se met à recycler les promesses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le voilà qui voudrait rendre justice à l’ex-ministre du Travail de Sarkozy, Xavier Bertrand qui regrette paraît-il que les « partenaires sociaux » l’aient « envoyé promener » sur ce sujet.

Il risque cependant de se faire coincer les doigts dans le couvercle de la boîte de Pandore. En tous cas, pour ce qui concerne la CGT, Thierry Lepaon a fermement condamné vendredi l’idée d’un contrat de travail unique et il a insisté en affirmant que la CGT est même opposée à ce que ce contrat soit testé. Car « ce serait la fin du contrat à durée indéterminée » assure le secrétaire général de la CGT.

Comment Pierre Gattaz et François Hollande comptent-ils s’y prendre pour nous expliquer qu’il faut encore précariser les salariés alors que le CDI est depuis des années devenu une exception et que désormais, certaines entreprises abusent même du contrat saisonnier pour embaucher aux plus mauvaises conditions sociales. Ce contrat unique, nous n’en voulons pas. Pas plus d’ailleurs que le contrat de mission.