ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Conférence sociale :

Pourquoi la CGT n’y sera pas...

Publié le 20 octobre 2015

La CGT a justifié jeudi son refus de participer à la conférence sociale de ce lundi en évoquant la politique de "régression sociale" du gouvernement, le conflit à Air France et la modalité d’organisation de la rencontre.

"La CGT ne peut pas continuer de se satisfaire d’une politique qui remet en cause notre modèle social, la citoyenneté au travail et répondant exclusivement aux intérêts du patronat", affirme la confédération dans un communiqué. Elle dénonce "une succession de lois de régression sociale, le passage en force en usant du 49/3, l’application unilatérale de l’accord chez les fonctionnaires". S’agissant du dossier Air France, la CGT affirme qu’elle "ne peut cautionner les discours actuels affirmant que la violence se situe du côté des salariés". "La violence, c’est apprendre du jour au lendemain que l’on va se retrouver sans emploi, en raison du diktat imposé par les actionnaires", selon elle.

La CGT critique aussi "l’organisation de cette conférence sociale" qui "aura été un exemple éclairant de la conception de la démocratie sociale par le gouvernement".

"Le programme définitif n’aura été communiqué que moins deux semaines avant. Peu ou pas de concertation quant aux thèmes retenus, le contenu des tables rondes évoluant d’ailleurs encore en fonction des demandes particulières des ministres", selon le syndicat.

La CGT avait demandé en vain "que soient inscrites à l’ordre du jour, les questions de salaires et réduction du temps de travail", une urgence pour mettre un terme "aux politiques d’austérité".

Elle dénonce aussi "le refus de donner la parole aux organisations syndicales lors de la conférence plénière lundi matin", axée sur la révolution numérique, "alors que la tribune est offerte aux experts patronaux".