ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

COMMUNIQUE US CGT COMMERCES SERVICES PARIS

Victoire pour les 5 grévistes de la pizzeria La Mamma !

Publié le 28 octobre 2015

Après trois semaines de grève et d’occupation de leur restaurant PIZZERIA MAMMA, 46 rue Vavin, l’ensemble de revendications portées par les cinq salariés a été obtenu.
- Les fiches de paies manquantes et actualisées seront éditées et réactualisées.
- Les qualifications, les métiers, ainsi que le temps de travail seront par avenant contractualisés. En effet la plupart des salariés de la pizzeria étaient déclarés bien en dessous du temps de travail réellement effectué.
- Aujourd’hui ils auront l’assurance de pouvoir bénéficier de leur droit aux congés payés qui n’étaient pas rémunérés. Ils auront enfin droit à leurs repos hebdomadaires.

Pourquoi et comment de telles conditions existaient-elles de nos jours et en plein cœur de Paris ?

Il faut dire que cet abus de vulnérabilité ne pouvait s’exercer que pour une seule raison : les cinq serveurs et cuisiniers étaient des travailleurs sans papiers.

Nous terminerons par la revendication essentielle, celle qui permet que le droit soit applicable, celle qui met fin au travail dissimulé, celle qui rappelle qu’il n’y a pas d’un côté les salariés avec un statut et les travailleurs sans papiers de l’autre. Nous parlons de la régularisation.

L’employeur a rempli tous les formulaires, s’est acquitté de toutes ses obligations et a déclaré tout le monde. Plus rien ne s’opposera à la régularisation de nos cinq camarades qui vont être convoqués dans la semaine à la Préfecture. Ils y obtiendront bien plus que des papiers, il s’agit du droit à vivre dignement de son travail.

Cette lutte de trois semaines est exemplaire, nous devons son succès au courage et à la détermination de nos cinq camarades et aussi à l’ensemble des soutiens que la CGT peut mobiliser sur Paris.

Un grand merci aux soutiens locaux et associatifs, aux militants de l’Union Locale du 5 et 6 e ARD, à l’Union Départementale, aux camarades de l’US Commerce et au collectif des travailleurs sans papiers des Yvelines qui a assuré 24h sur 24 une présence essentielle et au combien rassurante.

Un grand pas a été franchi en matière de lutte et d’organisation des travailleurs sans papiers, il s’agit maintenant de régulariser tous les travailleurs sans papiers et d’en finir avec des conditions d’admission à un titre de séjour qui, en se durcissant, encouragent les patrons à dissimuler le travail et les travailleurs à se taire.

Paris, 26 octobre 2015