ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Pouvoir d’achat des retraités

Un mauvais mois d’octobre pour les retraites

Publié le 4 novembre 2015

Au niveau des retraites complémentaires :

Le premier ministre s’est dit "réjoui" de "l’accord de principe" obtenu sur les retraites complémentaires par certains syndicats avec le MEDEF. Dans la foulée il a assuré que le gouvernement en accompagnera sa "mise en œuvre".

Depuis maintenant plusieurs années les retraités subissent le gel de leurs pensions "l’accord de principe" entérine le blocage des revalorisations de pensions pour 3 années de plus et reporte au 1er novembre la prochaine revalorisation.

Dans les faits les signataires de l’accord auront entériné une baisse importante du pouvoir d’achat des retraités, reporté de plusieurs années. On sait que les complémentaires représentent environ entre 30% et 60% des revenus des retraités.

Pour ceux qui espéraient partir prochainement en retraite, le Medef leur impose un report du départ en retraite d’un an par rapport à l’âge du taux plein. Quid des 56 % de salariés qui ne sont plus en emploi et pour les femmes dont la pension est déjà en moyenne inférieure de 40% à celles des hommes et de 60% pour les femmes cadres.

Au niveau des retraites de base :

Royalement, le gouvernement vient d’annoncer une revalorisation de 0,1% pour les retraites de base. Depuis maintenant trop longtemps les pensions sont bloquées.

Et ce gouvernement devrait entendre le mécontentement des retraités. Ils sont plus de 100 000 à avoir signé la carte pétition unitaire. Il devrait aussi s’inspirer du C.O.R. (Conseil d’Orientation des Retraites) du 14 octobre qui montre qu’au fil des années le pouvoir d’achat des retraités n’évolue pas comme l’inflation.

Les modalités d’application de la règle d’indexation sur les prix conduisent à un décalage temporel entre l’inflation constatée et la revalorisation appliquée ; les reports de calendrier de revalorisation entrainent une perte faible mais durable de pouvoir d’achat ; les taux des prélèvements sociaux sur les pensions de retraite ont augmenté, ce qui pèse sur l’évolution des pensions nettes.

Depuis des mois les retraités sont mobilisés pour
- Une revalorisation de leurs pensions ;
- Avec aucune pension inférieure au SMIC pour une carrière complète ;
- Le retour à une revalorisation annuelle des pensions au 1er janvier de l’année prenant en compte l’évolution des salaires ;
- L’abrogation des mesures fiscales régressives…

C’est bien pour cela que les retraités seront une nouvelle fois mobilisés le 24 novembre pour dire leur refus d’une politique néfaste aux retraités.

Voir le communiqué de l’UCR-CGT à propos de la revalorisation des pensions au 1er octobre 2015