ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Egalité professionnelle

Le 8 mars, le ton est donné

Publié le 4 mars 2016

Méfions-nous des bons principes affichés et des évidences. L’égalité femmes-hommes est loin d’être acquise. Deux chiffres en témoignent : le salaire des femmes est de 27 % inférieur à celui des hommes, et leur retraite 40 % plus faible. En Île-de-France, les femmes constituent la moitié de la population active, le taux d’activité est de 87 %, l’écart salarial progresse, la première discrimination est celle liée à la grossesse.

La loi d’août 2014 permet d’agir et de négocier l’égalité sur de nombreux aspects – salaires, formation professionnelle, déroulement de carrière, etc. –, mais elle n’est pas contraignante. Il y a des combats à poursuivre et des luttes à mener avec les salarié·e·s du privé et du public contre toutes les discriminations. Les stéréotypes sexistes et sexuels doivent être combattus dans la société comme au travail, où se produisent 5 % des viols et 25 % des agressions sexuelles.

Cette réalité a motivé à juste titre la journée d’études de la CGT du 3 février. L’actualité a révélé les viols de nombreuses femmes en Allemagne, le procès engagé par une gendarme pour harcèlement sexuel par des hommes de sa hiérarchie, et la grâce présidentielle d’une femme battue toute sa vie. Nous avons besoin de lois protectrices, et de mettre fin aux maux de notre société. Les politiques d’austérité aggravent la précarité et les inégalités, et donc la place faite aux femmes. Il faut les combattre.

Le 8 mars, le ton est donné : visibilité de la CGT sur les lieux de travail avec nos cahiers de revendications, pétitions et débrayages.