ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

GARANKA :

HALTE À LA REPRESSION SYNDICALE

Publié le 3 mars

La répression prend de multiples facettes.

Ça commence souvent par de petites menaces. Et puis, ça prend la forme de harcèlement, de provocations multiples, de convocations régulières en vue de sanctions, de demandes de licenciement, d’isolement dans le travail et même de cabales montées de toutes pièces !

Les insultes existent et nous connaissons des cas de violence. Une violence verbale, physique parfois, qui s’ajoute à la violence sociale. Celle-là même qui nous prive de revenus, qui nous prive de vie familiale, qui nuit à notre santé, à notre sécurité.

Aujourd’hui, c’est un Délégué du Personnel CGT de l’agence Réunion qui est menacé.

Ne pas soutenir notre camarade, ce serait porter la responsabilité d’encourager ces comportements et attitudes de la direction de l’entreprise.

Ne pas soutenir notre camarade, ce serait laisser impunis ces actes à la limite du délictueux, laisser le patronat utiliser le droit pour mieux le subvertir en se plaçant aux limites de la loi et dans beaucoup de cas, en dehors de la loi.

Ne pas soutenir notre camarade, ce serait se placer du côté de la force brute qui abuse du rapport de subordination inhérent à la condition salariale.

S’en prendre à notre camarade prépare et participe à un formidable retour en arrière du point de vue des droits et des rapports sociaux. C’est un acte réactionnaire allant dans le sens d’un retour progressif à la toute puissance patronale.

À l’inverse, défendre notre camarade, c’est défendre l’entreprise, ses salariés, ses clients !

LA CGT APPELLE À SE MOBILISER POUR L’ABANDON DE LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE ENGAGÉE CONTRE MAMADOU KOITA