ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Code du travail

C’est bien Gattaz qui ordonne

Publié le 23 mai

Le président du Medef, a appelé le 16 mai le nouvel exécutif à « aller vite » sur la réforme du marché du travail, jugeant « surréaliste le débat sur les ordonnances » qui pour Pierre Gattaz « font partie de nos outils démocratiques, elles permettent d’aller vite et ne suppriment pas du tout la concertation ».

On n’est évidemment pas surpris de cette appréciation de la part du patron des patrons qui tient aussi le 49.3 pour un outil parfaitement légitime. « Et puis on ne débarque pas de rien », estime Pierre Gattaz, qui considère qu’Emmanuel Macron « a passé six à neuf mois à expliquer ce qu’il allait faire » : « Je pense qu’il n’y a pas d’effet de surprise ».

Gattaz en appelle à « trois mesures rapides » pour réformer le Code du travail : le plafonnement des indemnités prud’homales, la création d’une instance unique du personnel et l’inversion de la hiérarchie des normes qui donne la primauté à l’accord d’entreprise.

Alors que le plafonnement des indemnités prud’homales constitue une ligne rouge pour l’ensemble des syndicats, Pierre Gattaz argue que la mesure avait déjà été adoptée dans le cadre de loi Macron lors du quinquennat Hollande. Or à l’époque « on n’a pas vu les syndicats sortir dans la rue », a-t-il commenté. La mesure avait été retoquée par le Conseil constitutionnel puis réintroduite dans la loi « travail » et enfin retirée sous la pression de la contestation sociale du printemps 2016. Le patron des patrons ne peut tout de même pas considérer que le débat soit clos sur une mesure.

Il ne peut pas non plus faire comme si les sept Français sur dix qui se déclaraient opposés à la loi Travail durant des mois en 2016 avaient changé d’avis à la faveur d’une campagne électorale aussi éloignée des questions du travail. En fait, Pierre Gattaz autant qu’Emmanuel Macron et Edouard Philippe veulent mener une guerre éclair contre le Code du travail pour s’exonérer de la contestation sociale.

Dans ce débat sur la méthode de la réforme du Code du travail, la déclaration de l’ancienne ministre du Travail lors d’un déplacement pour sa campagne électorale des législatives dans le 18e arrondissement de Paris est à noter. Myriam El Khomri a affirmé ne pas voir de « difficulté » au fait de réformer le Code du travail par ordonnances, « si cela repose sur un compromis négocié avec les organisations syndicales et patronales ». « Pour moi l’enjeu, c’est le contenu de l’ordonnance, et surtout accepter un transfert du pouvoir législatif au pouvoir exécutif ne peut se faire que s’il y a eu de la négociation ou de la concertation avec les organisations syndicales sur le contenu de l’ordonnance », explique la ministre qui, dans cette circonscription, affrontera notamment Caroline De Haas coauteure de la pétition « loi travail non merci », qui a recueilli plus de 1,3 million de signatures sur internet.

Si elle n’a pas demandé l’investiture de la République En Marche, l’ancienne ministre ne cache pas sa proximité passée avec Emmanuel Macron. « On a quelque part été un peu frère et sœur d’armes pendant deux ans au sein du gouvernement », a-t-elle affirmé, en précisant son souhait de participer de manière « constructive, exigeante et vigilante à la majorité ». Tout ça sent le « changement dans la continuité ».