ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Fédération Nationale Mines Energies

Le Gouvernement déterre la hache de guerre contre le service public de l’électricité et du gaz

Publié le 21 juillet

Une nouvelle fois, par la voix de son ministre de l’énergie, M. Hulot auditionné ce mardi 18 Juillet 2017 au Sénat, le gouvernement s’attaque au fondement du service public de l’électricité et du gaz. Il décide de mettre fin aux tarifs réglementés et réclame la privatisation des barrages en imposant la mise en concurrence des concessions.

Dans son communiqué du 19 juillet 2017, la FNME CGT explique qu’il s’agit véritablement d’un nouvel acte de guerre à l’encontre du service public de l’électricité et du gaz.

"Depuis la semaine dernière, M. Hulot couvert par Matignon et l’Elysée mène des charges insupportables et inadmissibles à l’encontre du service public de l’électricité et du gaz en France". Les annonces de fermeture potentielles dans le nucléaire de 17 réacteurs, voire 25 hier (qui dit mieux !?), de la fin de la filière thermique (Charbon, gaz… qui va produire à la pointe de consommation !?), de la vente aux spéculateurs privés des barrages hydroélectriques, de l’absence de maîtrise des stocks de gaz avec risque de pénurie hivernale ou encore de la décision de mettre fin aux tarifs réglementés, il s’agit en fait d’une attaque ciblée contre le service public de l’énergie.

Pourquoi choisir de mettre fin aux tarifs règlementés quand l’ensemble des associations de consommateurs en France y sont opposées !? Fait du prince ou adhésion aux orientations l’ultralibéraaux européen prônant cette mesure ? Un tel choix ne fera qu’accroître la précarité énergétique ainsi que les inégalités.

Pourquoi "choisir la vente des barrages au secteur privé quand les fédérations syndicales françaises et européennes, attelées à la mobilisation des salariés et à la mobilisation des collectivités locales ont fait reculer l’injonction de la Direction Générale de la concurrence de Bruxelles depuis plus d’un an et demi !?

Pour la FNME CGT, il s’agit là d’une nouvelle attaque contre le service public de l’électricité et du gaz. Sans aucune concertation, méthode labellisée par ses soins, le gouvernement reste sourd aux demandes de rencontres sollicitées par la FNME CGT et préfère porter les mauvais coups dans le dos des travailleurs et des citoyens en période estivale en s’attaquant au modèle énergétique français."

La FNME CGT ne peut rester sans réaction devant une telle situation. Elle en appellera dès la rentrée à la mobilisation des salariés de l’énergie. Elle appelle de ses voeux à la construction d’une intersyndicale forte et sans concessions. "Pour défendre le service public il faut de nouveau que l’ensemble des salariés de l’énergie rentre en résistance !"