ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

"Réforme" de la SNCF

Courrier de Philippe Martinez

Publié le 24 avril

Monsieur Edouard PHILIPPE

Premier Ministre

Hôtel de Matignon

57, rue de Varenne

75700 PARIS

Montreuil le 23 avril 2018

Monsieur le Premier Ministre,

Par le présent courrier, je tiens à appuyer la demande de rencontre que vous ont adressé les quatre organisations syndicales représentatives au sein de la SNCF, le 20 avril dernier. Cette demande s’ appuie sur le manque de dialogue constaté lors des différentes réunions, nommées concertations, qui ont eu lieu avec la Ministre des Transports.

Malgré des propositions concrètes venant de la part des organisations syndicales, force est de constater que quasiment aucune de celles-ci n’ont été prises en compte dans le projet de loi présenté par le gouvernement au Parlement. La CGT vous a pourtant remis un projet sérieux et complet visant à améliorer la qualité et l’efficacité du service public ferroviaire de notre pays. Il semble clair que vous ne souhaitez pas le prendre en compte.

Pire encore, deux mesures concernant la SNCF ont été annoncées par la Ministre en dehors des réunions officielles. L’une portant sur la date de fin du recrutement au statut, l’autre sur la filialisation du fret. Cette dernière annonce s’est faite par voie de presse sans même être présentée devant le conseil d’administration et les représentants des salariés qui y siègent. Nous sommes loin des intentions affichées par le président de la République et votre gouvernement sur les intentions de renforcer le rôle et la place des salariés au sein des conseils d’administration.

Ces réalités couplées à vos interventions montrent que votre présence effective au cœur de ce processus justifie cette demande d’entretien. La CGT a montré depuis le début de ce conflit, par sa participation aux différentes réunions, ses propositions constructives, sa volonté de trouver des solutions.

Votre engagement à recevoir l’ensemble des parties concernées par ce dossier symboliseraient cette même volonté de la part du gouvernement.

Dans l’ attente de votre réponse, recevez, Monsieur le Premier Ministre, mes salutations distinguées.

Philippe MARTINEZ

Secrétaire général de la CGT