ACCUEILActualité

Imprimer cet article Imprimer

Mobilisation

Jeudi 14 juin, les retraités étaient dans la rue : « La CSG, ça nous casse les pattes »

Publié le 18 juin

Jeudi 14 juin 2018, à l’appel de neufs organisations syndicales ou associations, une nouvelle journée nationale de manifestations décentralisées dans tous les départements, au plus près des retraités, avait lieu. Ils étaient 10 000 à Paris, 700 à Clermont-Ferrand, 700 à Avignon, 500 à Nancy et rassemblés dans beaucoup d’autres villes pour interpeller le gouvernement qui affirmait cyniquement au même moment que « les aides sociales coûtent un pognon de dingue ».

Place de l’Opéra à Paris, les retraités étaient dans la rue pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la politique menée par le gouvernement. Marre d’être pris pour des vaches à lait dans l’unique but d’équilibrer les budgets, quand dans le même temps les cadeaux aux riches sont pléthores... Ces derniers ont battu le pavé jusqu’à la place de la République, dans une ambiance de résistance et d’alternative.

Les 16 millions de retraités, qui représentent un quart de la population du pays, exigent une loi rectificative de la CSG, car son augmentation de 25% de la part du gouvernement depuis le 1er janvier 2018, combinée au gel des pensions, est un véritable coup de poignard dans leur pouvoir d’achat.

Sous le bruit des mégaphones, les retraités entonnent le slogan : « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, de cette société-là, on n’en veut pas ! », comme pour rappeler comment le gouvernement tente d’opposer les catégories de la population, en les dépeignant comme privilégiés aux yeux des autres : jeunes, retraités, cheminots, enseignants, fonctionnaires, les salariés de l’énergie : tous payent un lourd tribu dans les politiques menées par le gouvernement.

D’ailleurs, le rapport du Conseil d’Orientation des Retraites (COR) souligne que l’application des règles issues des réformes régressives successives conduirait à une dégradation considérable de la situation des retraités.

Par ailleurs, une pétition exigeant qu’une loi de finance rectificative soit prise en annulant la hausse de la CSG pour tous, mettant fin au gel des pensions et décidant de la revalorisation de toutes les pensions, est proposée à la signature ici.

L’intersyndicale des 9 se réunira mardi 19 juin pour faire le bilan de cette journée d’action, se donnant les moyens par la même occasion de prolonger l’action dans des formes appropriés.